Vous êtes ici : AccueilÀ la une

Mission sur le volcan La Soufrière à la Guadeloupe

Publié le 12 décembre 2019 Mis à jour le 12 décembre 2019
Date(s)

du 12 décembre 2019 au 18 janvier 2020

Le volcan de la Soufrière de Guadeloupe présente depuis début 2018 une nette reprise d’activité, comme en témoignent une forte sismicité en profondeur, un accroissement du flux gazeux, et une modification notable de la composition des fumerolles.

GUA
GUA2
GUA3

GUA4

GUA5
GUA6
GUA7

Le volcan de la Soufrière de Guadeloupe présente depuis début 2018 une nette reprise d’activité, comme en témoignent une forte sismicité en profondeur, un accroissement du flux gazeux, et une modification notable de la composition des fumerolles. Dans le cadre des projets « Imagerie géophysique 4D des structures magmatiques et hydrothermales, évolution des hétérogénéités mécaniques » (LMV) et « Volcadrone » (CNES-OPGC), une équipe du LMV-OPGC (Philippe Labazuy, Franck Donnadieu, Quentin Dumont, Edouard Régis et Lydie Gailler) en collaboration avec IsTerre Chambéry (OSUG, Jean Vandemeulebrouck), l’IPGP et l’OVSG, a mené une campagne géophysique multi-méthodes sol et aéroportées sur le dôme de la Soufrière (13/11/2019-28/11/2019).
Cette collaboration pluridisciplinaire inter-OSUs, en étroite synergie avec l’équipe de l’OVSG, contribue en renforcer les liens scientifiques entre les différents instituts et observatoires français impliqués dans le Service National d’Observation en Volcanologie (SNVO, INSU-CNRS). 
L’objectif de cette campagne de grande ampleur est de fournir une image intégrée de l’édifice, et de contribuer au suivi de l’évolution spatio-temporelle de la zone hydrothermale au sein du dôme grâce à des mesures géo-électriques, magnétiques et de polarisation spontanée. Différents survols du dôme ont également été réalisés par drone avec des mesures multigaz (SO2, CO2, H20, P, T), les premiers tests de validation du capteur magnétique aéroporté et sa première intégration en vol. Cette première phase de mesures prometteuses s’inscrit dans un programme de réitérations à plus long terme, dans la continuité de l’imagerie de résistivité électrique, réalisée antérieurement à la reprise d’activité (M. Rosas Carbajal et al., 2016).